AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Evénement N°4

C'est le moment pour vos personnages de faire ce qu'ils n'ont jamais osé avant

Chronologie

N'oubliez pas de dater vos RP par rapport à l’événement en cours

Et une année, une !

La MAJ des un an se termine ! Rendez-vous ici pour en savoir plus


Partagez | 


 

 Aucun objectif : j'suis sûr de pas les rater ! (Mads)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
avatar
Derrière l'écran : Killing Joke (ou Camille)
Double compte : Danny Dickens
Avatar : Jared Leto
Crédits : Morphine (ava), iblamejared.tumblr (gifs)

Messages : 1931
Points gagnés : 26
Points dépensés : 0 pts

Emploi : Chroniqueur depuis peu, on me paie pour raconter des conneries à la radio.
Age : 33 ans.
Situation : Les joies d'un amour à sens unique...


Feuille de personnage
Mon petit bloc de Post-It :
MessageSujet: Aucun objectif : j'suis sûr de pas les rater ! (Mads)   Sam 17 Oct - 15:19

Madison "Mads" Borrow



Basically, what we have here is a dreamer, somebody out of touch with reality...


Âge : 33 ans : la trentaine s'éloigne à grands pas. Date et lieu de naissance : Le 15 janvier 1982, labellisé "made in Thunder Bay". Origine(s) et nationalité : Un canadien au Canada, rien de bien exotique. Occupation(s) : Chroniqueur depuis peu. En fait, on me paie pour raconter des conneries à la radio : c'est de loin le meilleur job que j'ai jamais eu ! Situation financière : Pas de quoi fanfaronner, mais ça va, il y a pire. Situation amoureuse : Les joies d'un amour à sens unique et inavoué. A Thunder Bay depuis... : Toujours. J'ai bien essayé de partir, mais que voulez-vous... Etat d'esprit par rapport à l'annonce de la fin du monde : Honnêtement ? Je ne sais pas trop. J’imagine qu’il y a de grandes chances pour que ce soit faux, mais putain : si jamais c’est vrai ça craint vraiment du boudin. Je veux dire, vous m’avez vu ? Je suis un pauvre type de 33 ans. Je n’ai jamais rien construit, jamais rien accompli. Jusqu’à présent ça ne me chagrinait pas trop : je me disais que j’avais le temps, vous voyez ? Mais là, si cette histoire d’astéroïde est vraie, ça change vraiment tout… Qu'est-ce que je vais bien avoir le temps de faire en seulement un an ? Je crois que c’est vraiment l’électrochoc qu’il me fallait. Je vais tout faire pour changer : je vais me mettre à vivre ma vie au lieu de la rêver ! Traits de caractère : Gentil, expansif, attachant, plein d'humour et d'autodérision, dépendant des autres et pas si sûr de lui que ça, fidèle, maladroit, sensible, tête en l’air, complexé de n'avoir ni vie de famille ni travail à responsabilité, gravement sujet au déni et à la procrastination, immature, lâche par moment et un peu faux-cul lorsque ça peut lui éviter de grands débats inutiles, en manque cruel de motivation, complètement résigné.


Groupe : Mec, c'est le début d'une nouvelle vie ! Avatar : Jared Leto. Crédits : iblamejared.tumblr






(01) « Tu n’es qu’une source inépuisable de déceptions, Madison… » : tels sont les derniers mots que m’a adressé mon défunt père. (02) Bon à rien et mauvais à tout, j’ai longtemps collectionné les petits boulots sous-qualifiés. J’ai vidé vos poubelles, livré vos pizzas, emballé vos courses, déménagé vos appartements, promené vos chiens et tondu vos pelouses. Aussi, je suis persuadé que vous m’avez déjà rencontré. Peut-être même que vous m’avez déjà méprisé… (03) On m’a souvent répété que j’avais une bonne bouille, un physique. Il faut croire qu’à force ça m’est monté à la tête parce que j’ai eu une période où j’étais persuadé que j’allais faire carrière grâce à ma bonne gueule.  Je me voyais acteur, peut-être même mannequin. Au lieu de ça j’ai tourné dans des pubs pour déodorant et j’ai joué les macchabées dans une série télé… (04) J’ai un frère, un petit frère même s'il est bien plus mature que moi. Je me souviens comme on était proches tous les deux étant petits, et ça me tue que ce ne soit plus le cas aujourd’hui... Est-ce qu’il a honte de moi lui aussi ?  (05) Je suis ce que certains pourraient qualifier de « fils à maman ». Il faut dire que je mange avec elle toutes les semaines, que je l’appelle presque tous les jours et qu’elle connait pratiquement tout de ma vie. Le truc c’est que je crois bien que ma mère est la seule personne au monde à m’avoir toujours aimé et soutenu, et ce quoi que je fasse. (06) Ça surprend à chaque fois quand je dis ça, mais j’aime bien ranger des trucs et laver des choses. Ça me détend de faire le ménage – ou alors ça me stress d’être dans un endroit crade, je ne saurais pas dire. Dans tous les cas ça fait bien marrer mes potes : ils disent que je suis un vrai maniaque de la propreté ! (07) Le jours de mes 22 ans j'ai décidé de voyager. Les études n’étaient pas faites pour moi et visiblement le travail non plus, alors je suis parti : quitte à foutre sa vie en l’air autant le faire au soleil, non ? J’ai vidé le compte épargne que m’avaient ouvert mes parents à ma naissance et j’ai vendu ma voiture et la plupart de mes affaires pour m’offrir un de ces billets « Tour du monde » à 15.000$. Ça m’a permis de jouer à l’aventurier pendant plus d’un an et demi avant de revenir à Thunder Bay fauché comme les blés (mais tout bronzé). (08) Je me marre pour un rien. Blagues racistes, blagues salaces, blagues trash, blagues bêtes, et cetera : tout marche avec moi. Je n’ai pas de tabou : pour moi on peut rire de tout, même du pire ! Et c’est clairement grâce à cet aspect de ma personnalité que j’ai dégoté ce job à la radio. (09) Je suis un peu geek sur les bords. C’est pas que je joue à des jeux vidéo toute la journée, loin de là, mais je suis un grand fan de comics et je collectionne tout ce qui touche de près ou de le loin l’univers de mes personnages préférés. Celui que j’aime par-dessus tout, c’est le Joker ! Je suis fan, vraiment. Genre j’ai sa réplique grandeur nature dans mon salon… (10) J’adore les animaux. Genre vraiment. Je suis complètement gaga dès que je croise un chien dans la rue, je peux passer des heures à regarder des vidéos de chats avec un sourire béat, je paie le câble juste pour avoir accès à National Geographic et à ses documentaires animaliers de fou, la seule viande que je mange c’est le poulet (parce que c’est franchement stupide comme bestiole le poulet), je donne un coup de main refuge animalier de Thunder Bay dès que je peux et si je m’écoutais j’aurai toute un arche de Noé à la maison ! (11) J’ai toujours aimé raconter des histoires. Aux autres parfois, mais surtout à moi. Je ne sais pas : ça me fait marrer d’améliorer la réalité. Ça me rassure aussi. Vous connaissez l’adage qui dit qu’il vaut mieux vivre ses rêves que de rêver sa vie ? Bah en fait plus le temps passe et plus je me rends compte que je fais tout l’inverse. C’est con à dire, mais je peux passer des heures dans mon lit à imaginer ce que pourrait être ma vie dans quelques années au lieu de me donner les moyens de faire de ces rêves une réalité… Jusqu’à présent ça me convenait, mais là, avec cette histoire d’apocalypse éventuelle je ne sais pas, je me dis que c’est dommage et qu’il serait peut-être temps que je me bouge un peu le cul. (12) J’écris des tas de lettres que je n’envoie jamais, je couche par écrit les choses que je n’ai pas le courage de dire. Je stock tout ça dans des boîtes à chaussures, bien cachées sous mon lit : il y en a une pour chacune des personnes qui comptent dans ma vie. La plus remplie est celle dédiée à mon père – c’est que même maintenant qu’il est mort je continue de lui écrire, alors forcément… Celle de Lou n’est pas mal non plus : encore aujourd’hui j’ai besoin de lui dire tous les trucs importants qui se passent dans ma vie. Quant à celle de mon frère, elle est restée presque vide pendant longtemps, mais depuis qu’il est aussi distant elle s’alourdie doucement. (13) Les zombies et les extra-terrestres sont deux des choses qui me fascinent. Je suis d’ailleurs persuadé qu’un jour ou l’autre on finira par vivre façon The Walking Dead pendant qu’une autre forme de vie nous observera dépérir sans rien faire de sa lointaine planète.




Killing Joke

Sala, sali, salut chers membrinous  pika  yummy !! (#PAN). Moi c’est Camille, aka Killing Joke. Dans la vie j’ai vingt-deux ans, j’ai un master II en contrôle de gestion et mon grand projet du moment c’est d’aller vivre à Amsterdam wahou . Je suis une fan inconditionnelle d’Harry Potter (d’ailleurs un des drames de ma vie est qu’il n’y ait pas de livre sur l’époque des Maraudeurs fontaine ), d’Hunger Games et de séries en tout genre : les Simpsons, the Big Bang Theory, New Girl, the Walking Dead, Game of Thrones, Parks and Recreation, Sherlock, Friends, Breaking Bad, Grey’s Anatomy, Fringe, Scrubs et encore plein d’autres Wink . Et puis surtout, j’aime la bouffe face . Genre le chocolat, la raclette, les petits farcis, les lasagnes et la soupe aux potirons : ça c'est trop bon bave . Bref : je suis une nana pas bien compliquée et j’ai vraiment, vraiment, vraiment hâte d’apprendre à vous connaitre et de RP avec vous yeah  culcul . Des bisous  mad love !!



Stupid is the new Sexy !


Dernière édition par Mads Borrow le Lun 4 Jan - 17:29, édité 26 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://last-day-on-earth.forumactif.org/t117-a-la-poursuite-du-bonheur-la-terre-est-ronde-autant-l-attendre-ici-mads http://last-day-on-earth.forumactif.org/t105-aucun-objectif-j-suis-sur-de-pas-les-rater-mads http://last-day-on-earth.forumactif.org
avatar
Derrière l'écran : Killing Joke (ou Camille)
Double compte : Danny Dickens
Avatar : Jared Leto
Crédits : Morphine (ava), iblamejared.tumblr (gifs)

Messages : 1931
Points gagnés : 26
Points dépensés : 0 pts

Emploi : Chroniqueur depuis peu, on me paie pour raconter des conneries à la radio.
Age : 33 ans.
Situation : Les joies d'un amour à sens unique...


Feuille de personnage
Mon petit bloc de Post-It :
MessageSujet: Re: Aucun objectif : j'suis sûr de pas les rater ! (Mads)   Sam 17 Oct - 15:20



Je suis celui qui est parti, puis qui est revenu. Celui qui aime voyager, mais qui est casanier. L’éternel indécis, l’irréfléchi, l’insatisfait. Ou plutôt le trop satisfait qui, maintenant, ne sait plus quoi choisir. Elle s’en est arraché des cheveux à cause de moi, ma mère. « Mais qu’est-ce qu’il va devenir ? Quand va-t-il enfin grandir ? ». Mais à quoi bon s’inquiéter.
Je suis le passif, la force tranquille, le partisan du moindre effort. Celui qui n'est jamais pressé, jamais impliqué, jamais révolté, jamais passionné.
Je suis celui qui se gâche. Celui qui aurait pu s’il avait voulu. Médecin, ingénieur, professeur... On m’en a pourtant dessiné des brillantes destinés. Mais il faut croire que je n’ai jamais été fait pour les responsabilités et le travail acharné.  
Je suis celui que tout le monde aime bien mais dont personne n’a vraiment besoin. Je ne suis pas spécial. Je ne suis pas unique, je ne suis pas génial. Je sais qu’un jour ou l’autre on finira par se lasser de moi. Je le sais. Je le sais, parce que c’est déjà arrivé. Je suis tout ce qu’il y a de plus remplaçable, de plus dispensable : je suis un mec interchangeable. Un gars sympa comme il y en a des tas, un mec comme ça qu’on laisse derrière soi.


* * *


Mon existence est sans queue ni tête, sans règles établies, sans logique apparente. Tout n’y est qu’impulsions irréfléchies, procrastination éhontée et jouissance du moment présent. Parce que je suis comme ça : je suis dans l’instant, je suis sans lendemain. En d’autres termes, je suis un raté qui fait de l’humour et qui se ment régulièrement à lui-même pour se rassurer et ne pas couler ! Mais j’en suis conscient : c’est déjà un grand pas vers la guérison, non ?
Comment vous expliquer ça sans trop m’étaler… En gros, pendant que les autres préparaient leur avenir et allaient à l’université, moi je voyageais et me laissais doucement porter. Je n’ai pas réfléchi, je ne me suis pas projeté, je n’ai même pas « essayé d’essayer » comme on dit. Je n’irais pas jusqu’à dire que j’ai fait les mauvais choix, mais il est clair que je ne me suis pas donné les meilleurs chances. C’est valable pour mes études et ma vie professionnelle, mais aussi pour ma vie amoureuse – ou plutôt mon absence de vie amoureuse... Bon, c’est vrai, quand je dis absence j’y vais peut-être un peu fort : il y a bien quelqu’un dans ma tête et dans mon cœur. Lou, mon amour de lycée, mon amour de toujours…
Lou et moi, c’était parfait. Je sais, ça fait cliché voire même pitié de dire ça, mais sans blague : demandez à nos potes de l’époque ! C’était à peine croyable, on s’entendait à tous les niveaux et tout le monde enviait notre alchimie. On était bien, on était heureux. Et puis ça s’est terminé… Le truc, c’est qu’on avait beau être parfait ensemble, on restait quand même fondamentalement différents. Lou était brillante et ambitieuse alors que moi, bah… J’étais moi, quoi. Elle est partie faire ses études à l’autre bout du pays et vous savez à quel point les relations à distance peuvent être compliquées… On s’est complètement perdu de vue depuis notre rupture plus subie que choisie, mais je n’ai jamais été capable de l’oublier, même avec les années. Vous voyez, je crois que c’est ça mon plus grand regrets : ne pas l’avoir suivie, ne pas m’être donné les moyens d’aller dans la même université, ne pas avoir ne serait-ce qu’essayé de postuler dans cette foutue faculté pour qu’on puisse vivre notre histoire jusqu’au bout. C’est con à dire, mais c’est la vérité…

Au risque de paraître pour un vrai un cas désespéré (ce qui dans le fond n’est peut-être pas si loin de la vérité), je dois dire que je suis une vraie calamité avec tout ce qui est « nouvelles technologies ». Je veux dire, je n’ai pas de compte Facebook, Instagram est un vrai mystère pour moi, quant au truc avec le piaf bleu je n’ai toujours pas compris à quoi il servait. Je n’avais pas de téléphone portable jusqu’à ce que je commence à travailler à la radio et qu’on m’en fournisse un, je me balade toujours avec un lecteur mp3 (oui oui : un mp3, pas un iPod ou quoi) et j'ai encore ma Gameboy Color et ma PlayStation One. Le seul truc à peu près « High Tech’ » que j’ai c’est mon ordi, et là encore je ne suis pas sûr d’avoir tout compris (genre n'allez surtout pas me parler de Skype ou de Photoshop : c'est pas la peine). C’est un cadeau que m'ont fait ma mère, mon frère et mes amis d’enfance : c’est à croire que je suis tellement à la ramasse qu’ils sont à deux doigts de fonder une association pour améliorer mon cas ! Et lorsque je suis parti faire mon tour du monde il y a un peu plus dix ans, c’est limite si mes potes ne m’ont pas mis un couteau sous la gorge pour que je créais un compte MSN (oui, je suis vieux…) et que je leur promette de me démerder pour aller dans un cyber café au moins toutes les deux semaines pour leur donner des nouvelles !

Je fais partie de ces grands enfants coincés dans des corps d’adultes. En gros, je suis un ados attardés si vous préférez, mais je vous avoue que je trouve ce terme franchement violent. J’ai 33 ans et je n’ai ni femme, ni enfants, ni compte épargne, ni quoi que ce soit qui porte mon nom. Il y a encore quelques mois, je n’avais même pas d’appartement : le peu que je gagnais je préférais le mettre dans des comics hyper rares ou dans des voyages plutôt que dans un loyer. Du coup, pendant longtemps j’ai vagabondé de canapé en canapé, mettant chacun de mes potes à contribution pour m’héberger. En vrai, ça ne les dérangeait pas tant que ça je crois. C’est que dans le genre « squatteur / coloc’ qui s’incruste » je suis vraiment au top, sérieux. Je fais le ménage, la lessive, le repassage, la vaisselle, bref : tous les trucs qui impliquent de laver ou de ranger quelque chose parce qu’en vrai j’adore ça. Je sais que c’est bizarre et qu’à voir le bordel qui règne dans ma vie on pourrait s’attendre à ce que ce soit de même dans mon intérieur, mais non : je suis « une vraie petite fée du logis » comme dirait mon meilleur ami !
Si j’ai mon propre appartement maintenant (enfin quand je dis « propre » je veux dire en coloc avec deux autres personnes : je ne suis clairement pas fait pour vivre tout seul, on ne va pas se mentir), c’est seulement parce que j’ai enfin dégoté un travail digne de ce nom. Fini les petits boulots sous-qualifiés, les contrats saisonniers, les remplacements en intérim, les jobs étudiants et les petits trucs au black : là c’est un contrat à temps plein sans date de fin, avec assurance emploi, plan de retraite et tout le toutim ! C’est dingue. Je veux dire, pour la première fois de ma vie je vais payer des impôts et avoir droit à des congés payés : je n’en reviens toujours pas ! Le plus drôle dans tout ça c’est que ce job, je ne le cherchais même pas. C’est juste qu’un soir, dans un bar, un mec m’a entendu enchainer vannes sur vannes à la table voisine. Ça l’a fait rire et il est venu me voir genre « T’as une bonne voix, j’aime bien ton style. T’as déjà bossé en radio ? ». Et voilà. Il m’a donné sa carte, j’ai fait des essais et la semaine d’après j’étais embauché. Mon job ? Raconter des conneries à l’antenne avec d’autres gars de 6 heure à 10 heure pour que mettre les gens de bonne humeur. En un mot ? C’est juste le meilleur travaille du monde (bon, okay : ça fait un peu plus qu’un mot).





Last day on Earth


Stupid is the new Sexy !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://last-day-on-earth.forumactif.org/t117-a-la-poursuite-du-bonheur-la-terre-est-ronde-autant-l-attendre-ici-mads http://last-day-on-earth.forumactif.org/t105-aucun-objectif-j-suis-sur-de-pas-les-rater-mads http://last-day-on-earth.forumactif.org
 Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: 
Petit oiseau si tu n'as pas d'ailes, ah tu peux pas voler
 :: Je s'appelle Groot. :: Les doigts dans la prise, on est des mecs branchés.
-